LES CRAYONS 4B GRAPHITE. PAS Cher

J’adore écrire ainsi. J’accumule ces crayons mais ils sont souvent HORRIBLEMENT chers comme ceux de FaberCastel ou de Moleskine. Les moins chers sont ceux d’Auchan (quand ils en ont) de BIC selon les circuits de distribution. Je viens d’en trouver sur Amazon à 2,51 € TTC (livraison comprise), les …12. Je commande et je vous dis. Petit rappel sur le crayon, produit magique, sur WIKIPEDIA. Conseil gratuit.

L’usage d’un stylet solide et sec, concurremment à l’encre, remonte à l’Antiquité. La pointe de métal a été longtemps utilisée pour réaliser des dessins ou pour écrire rapidement, l’écriture destinée à être conservée se faisant à l’encre avec les outils appropriés. Les Romains utilisent un stylet de plomb, puis un alliage de plomb et d’étain. Cette pratique est à l’origine du terme mine de plomb, toujours en vigueur bien qu’il n’existe plus de véritable mine « en plomb » depuis le milieu du xixe siècle. Le mot anglais pour « mine » est toujours lead (« plomb »), comme l’allemand utilise Bleistift ou « pointe de plomb ». Au cours du Moyen Âge on expérimente divers expédients, des sortes de mines qu’on entoure de bois pour les protéger de la casse. Au xviie siècle, on découvre en Angleterre un important gisement d’un minerai noirâtre dont on pense alors que c’est une substance semblable au plomb, d’où le nom qu’on lui donne, plombagine. Il s’agit en fait de graphite.

Le crayon moderne a été mis au point indépendamment par l’inventeur autrichien Joseph Hardtmuth en 1792 (l’Allemagne disposait de gisements de graphite de qualité très inférieure) et par le chimiste français Nicolas-Jacques Conté en 1795 pour remplacer le graphite pur (la plombagine) dont l’importation d’Angleterre était interdite par le blocus. « Il mélangea du graphite moulu très fin avec de la poudre d’argile, en fine pâte qu’il compressa en mines, et après séchage les mit au four. En variant le temps de cuisson, la température, et la proportion argile/graphite il obtint des mines de diverses duretés2. » Conté définit une échelle de dureté en chiffres de 1 (le plus doux) à 5, qui correspondait pratiquement à celle de Brockmann2 en lettres dont il est parlé plus bas.